Les bahá’ís commémorent le martyre du Báb, le précurseur de Bahá’u’lláh

Les bahá’ís commémorent le martyre du Báb, le précurseur de Bahá’u’lláh

Tombeau du Báb, Mont Carmel, Haïfa, Israël. © Communauté internationale baha'ie
Toronto, Ontario, le 10 juillet 2014 (SCNB)

Le 9 juillet, les membres de la foi bahá’íe, leurs amis et les membres de leur famille ont célébré l’anniversaire du martyre du Báb. Les événements de la vie du Báb, dont le nom signifie « la Porte » en arabe, sont particulièrement importants pour les bahá’ís, puisqu’il est un des deux fondateurs de la foi bahá’íe.

Le Báb est né en 1819 dans la ville de Shíráz, en Perse et a été élevé par son oncle au sein d’une famille de marchands. Le Báb était reconnu pour sa sagesse précoce et la pureté de son caractère et il était très respecté par les gens avec lesquels il est entré en contact. Le Báb a déclaré sa mission en Perse en 1844. Son but principal était de préparer les peuples à la venue prochaine du Messager de Dieu qui allait lui succéder, celui qui allait mener l’humanité vers l’âge de sa maturité collective, caractérisée par la paix et la justice. Les bahá’ís croient que Bahá’u’lláh, le fondateur de leur Foi, est celui qui avait été promis.

Après sa proclamation, le Báb s’est en peu de temps attiré des milliers d’adeptes. Craignant son influence croissante, à cause de sa proclamation et de ses enseignements qui demandaient un renouveau moral et spirituel, les dirigeants politiques et religieux se sont levés pour s’opposer au Báb et à ses adeptes et pour les persécuter.

Plus de 20 000 de ses adeptes ont été tués dans plusieurs vagues de persécutions brutales. Bien qu’innocent de tout crime, le Báb fut arrêté, battu, exilé et emprisonné par les autorités. Puis le 9 juillet 1850, à l’âge de 31 ans, il a été exécuté publiquement par peloton d’exécution, dans la ville de Tabríz, située dans le nord-ouest de la Perse.

Le martyre du Báb a eu une portée de longue durée sur les gens de son époque. Sa bravoure devant la mort et l’intégrité avec laquelle il a vécu sont restées dans la mémoire collective pendant de nombreuses années. Son appel à la transformation de la société pour la remplacer par une société juste et pacifique est toujours pertinent, alors même que la persécution des bahá’ís en Iran se poursuit sans relâche depuis plus de 170 ans. À Shíráz, la ville natale du Báb, dans un cimetière bahá’í d’importance historique, les tombes de plus de 900 bahá’ís ont été détruites ces derniers mois par le gouvernement iranien.

Le message du Báb et la pureté de sa vie sont aujourd’hui commémorés dans les communautés locales partout dans le monde.