Des gouvernements provinciaux expriment leurs bons vœux aux bahá’ís à l’occasion du Naw-Rúz

Des gouvernements provinciaux expriment leurs bons vœux aux bahá’ís à l’occasion du Naw-Rúz

TORONTO, LE 23 MARS 2017, (SCNB)

Cette année, les gouvernements de l’Alberta et du Québec, entre autres, ont salué les bahá’ís à l’occasion de leur Naw-Rúz (Nouvel An).

L’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité la résolution suivante:

« Que l’Assemblée nationale souligne le Norouz, le premier jour du printemps, célébré comme nouvel an par les Québécoises et les Québécois originaires de l’Iran, d’Afghanistan, d’Azarbaijan, du Kurdistan, du Tajikistan, ainsi que les Bahaïs [québécois]. »

En Alberta, Annie McKitrick, députée de la circonscription Sherwood Park a mentionné le Nouvel An bahá’í, à l’Assemblée législative.

Lorsqu’elle a reçu une invitation à la célébration du Nouvel An bahá’í, Mme McKitrick a invité des membres de la communauté de sa circonscription à venir à l’Assemblée législative où elle les a présentés à ses membres. Dix bahá’ís de Sherwood Park et de Beaumont sont venus.

Durant sa présentation à l’Assemblée législative, Mme McKitrick a dit que la foi bahá’íe était présente au Canada depuis 1898.

« Elle est basée sur les enseignements de Bahá’u’lláh, qui a enseigné qu’il n’y a qu’un Dieu, qu’une famille humaine et que toutes les religions représentent les chapitres successifs des enseignements divins adressés à l’humanité. Les bahá’ís entreprennent divers projets de construction communautaire, dont le but est de permettre aux membres de leurs communautés de prendre en main leur propre développement spirituel, social et intellectuel. »  

Le Nouvel An bahá’í, le Naw-Rúz, est célébré le jour de l’équinoxe du printemps, qui cette année tombait le 20 mars. Les enseignements bahá’ís encouragent les bahá’ís à consacrer ce jour spécial à des œuvres profitables et à l’établissement d’institutions philanthropiques pour le bénéfice de la collectivité entière. Mme Mc Kitrick a souligné cette priorité dans ses remarques à l’Assemblée législative.

Mme McKitrick a souligné que plusieurs membres de la communauté bahá’íe de sa circonscription servent avec elle au sein du Comité pour la diversité du compté de Starthcona. Le Comité pour la diversité, qui a été créé il y a un an, reflète une priorité de la députée, qui a servi à l’étranger, y compris au Kirghizistan, en Thaïlande, et pour une organisation non gouvernementale responsable du développement de programmes pour réfugiés et pour le développement communautaire dans le Sud-est asiatique.

Le Comité pour la diversité du compté de Starthcona a jusqu’à maintenant parrainé une activité interconfessionnelle et un exercice qui se servait d’une couverture, suivant une tradition autochtone, qui cherchait à illustrer les effets négatifs de la colonisation sur les peuples autochtones du Canada. Le Comité prévoit aussi une activité culturelle pour marquer le 150e anniversaire de la Confédération canadienne.