Le bahá’ís commémorent le Martyre du Báb

Le bahá’ís commémorent le Martyre du Báb

Toronto, le 9 juillet 2018 (SCNB)

Des bahá’ís dans des centaines de villes, villages et villages du pays se rassembleront demain pour commémorer le martyre du « Báb », le prophète-héraut de leur foi.

Ashraf Rushdy, un bahá’í de Toronto, a déclaré que le Báb avait un rôle spécifique dans le développement de la foi bahá’íe. « Sa mission était de rassembler les gens et de les aider à se préparer à reconnaître Bahá’u'lláh. »

Le Báb, dont le nom était Siyyid-Ali Muhammad, est né en 1819 dans la ville de Shiraz, en Iran. « Comme enfant », a déclaré M. Rushdy, « le Báb s’est distingué par son esprit incroyablement vif, sa modération, sa piété et sa dévotion remarquables. »

En 1844, à l’âge de 25 ans, le Báb a fait une proclamation stupéfiante et profonde : Il était le « Mahdi » ou « Qa'im » promis — une figure messianique attendue qui marquerait le début d’une ère nouvelle en tant que précurseur d’une nouvelle révélation. Son but déclaré était de préparer le terrain pour une figure d’une signification immense — un personnage auquel ses Écrits se réfèrent comme « Celui que Dieu rendra manifeste ». Cette figure attendue, a-t-il dit, remplirait les promesses des traditions religieuses du passé et apporterait une révélation qui transformerait et renouvellerait la civilisation. Il a assumé le titre du « Báb » qui se traduit littéralement de l’arabe comme la « porte » — un titre qui se rapporte à la nature de sa mission.

« Les gens de toutes les classes de la société — hommes, femmes, érudits, religieux, hommes d’État, poètes, artisans et agriculteurs — ont accepté avec enthousiasme la proclamation du Báb », a déclaré M. Rushdy.

Son influence s’est rapidement répandue et, en peu de temps, des dizaines de milliers de personnes sont devenues ses disciples. Un certain nombre d’hommes d’État iraniens et d’éminents religieux considéraient les prétentions du Báb comme hérétiques, ce qui représentait une menace importante pour leur pouvoir politique et religieux et leur légitimité. En conséquence, des milliers de Babis (disciples du Báb), refusant de renier leur allégeance et leur dévotion au Báb, ont été violemment torturés et exécutés.

Le Báb lui-même a été placé en résidence surveillée pendant un certain temps, puis emprisonné dans des endroits de plus en plus reculés en Iran. Reconnaissant l’hostilité croissante à ses enseignements, il a néanmoins persévéré jusqu’à son martyre à l’âge de 31 ans. Il a été exécuté par un peloton d’exécution de 750 soldats sur une place de la caserne dans la ville de Tabriz dans le nord de l’Iran. « Beaucoup des écrits du Báb témoignent du but de son sacrifice », a déclaré M. Rushdy, « d’établir clairement la véracité de sa révélation divine, et de préparer ses adhérents à l’arrivée imminente de cette autre, plus grande manifestation de Dieu » - connu des bahá’ís comme Bahá’u'lláh, le prophète-fondateur de la foi bahá’íe.

Le martyre du Báb est l’un des neuf jours saints fériés de la foi bahá’íe. Rushdy a l’intention de rencontrer sa famille et ses amis dans un parc près de chez lui.

« Les bahá’ís célèbrent les jours saints dans de nombreux contextes. Certains seront dans une salle, d’autres dans des maisons, et comme nous vivons près d’un beau parc, nous avons pensé que ce serait un bon endroit pour le tenir.

Il a ajouté que les jours saints bahá’ís sont ouverts à tous. « J’encouragerais tout le monde à participer à une commémoration locale du jour saint demain — pour saisir cette occasion d’en apprendre plus sur le Báb et la signification de ce qu’il a dit et fait. »