Des films pour le changement social sont présentés au Parlement des religions du monde

Des films pour le changement social sont présentés au Parlement des religions du monde

TORONTO, LE 8 NOVEMBRE 2018, (SCNB)

Le Parlement des religions du monde a présenté une gamme de cinéastes qui ont parlé de leur travail et de l’utilisation des médias comme outil de changement social. Un certain nombre de bahá’ís ont projeté des films sur divers thèmes, notamment la compréhension interreligieuse, l’autonomisation des jeunes, l’avancement des filles et des femmes et l’histoire de la religion.

Esther Maloney, une jeune cinéaste de Toronto a coprésenté une séance sur « Le rôle joué par les médias dans l’autonomisation des femmes et des filles ». Elle a offert ses réflexions sur son expérience de travail à Toronto dans le cadre du projet d’inspiration bahá’íe Illumine Media qui vise à donner aux jeunes les moyens de produire des films sur de nouvelles histoires. « Nous voulions en savoir plus sur la rédaction de scénarios mettant en scène des personnages inspirants, qui sont animés par leurs qualités spirituelles, telles que le sens de la justice, le dynamisme, l’énergie, la capacité, la véracité et le désir de servir l’humanité », a déclaré Mme Maloney.

Parce qu’ils ont adopté une attitude d’apprenant, le projet a permis de faire participer un plus grand nombre de filles et de jeunes femmes à des rôles de production, développant ainsi leurs capacités au point qu’elles ont pu intégrer le secteur du cinéma.

L’autonomisation des filles était également un thème de la séance animée par May Taherzadeh, qui a présenté et discuté son court métrage, Mercy’s Blessing. Le drame fictif raconte l’histoire d’un frère et d’une sœur confrontés au défi de rester à l’école malgré le fait que leur famille d’un village du Malawi vit dans la pauvreté. La salle de projection était pleine pour le film. L’histoire du sacrifice et de la résilience illustrait l’importance de l’éducation des filles malgré les circonstances les plus difficiles.

Un certain nombre de projets étaient basés sur des efforts pour renforcer la compréhension entre les religions grâce à une utilisation novatrice du film. Les producteurs Mary Darling et Clark Donnelly se sont joints aux membres de la distribution de la série télévisée Little Mosque on the Prairie pour discuter de la façon dont la comédie de situation peut mettre en lumière et aider à résoudre les préjugés et les malentendus courants.

Un autre projet, intitulé Portraits of Faith, a été présenté et discuté par le créateur Daniel Epstein avec sa productrice, Laura Friedmann. Le projet présente l’expérience personnelle de gens du monde entier, discutant du pouvoir de la religion, de la spiritualité et de la foi dans leur vie. Il souligne l’universalité de l’expérience spirituelle et l’humanité commune d’une diversité de personnes.

L’un des plus grands auditoires au Parlement s’est rassemblé pour la projection du film The Gate, un documentaire historique sur le Báb, une des figures centrales de la foi bahá’íe. Le film a été largement annoncé au Parlement et environ 1 000 personnes ont assisté à la projection et aux discussions avec les réalisateurs Steven Sarowitz, Edward Price et Bob Hercules, ainsi que le professeur Nader Saiedi.

* Cet article est le troisième d’une série en trois parties sur le Parlement des religions du monde, tenue à Toronto en 2018. Lisez les premier et deuxième articles ici: 1) Les bahá’ís se préparent pour le Parlement des religions du monde; 2 ) Le Parlement des religions du monde encourage le dialogue sur l’inclusion