Les « jours saints jumeaux », une source de joie partout au Canada

Les « jours saints jumeaux », une source de joie partout au Canada

TORONTO, LE 13 NOVEMBRE 2018, (SCNB)

« En découvrant Bahá’u’lláh, une nouvelle tranquillité s’est installée dans ma vie, un calme que je n’avais pas connu depuis longtemps », a affirmée Mme Keisha Gayle, une mère de quatre enfants de Toronto. 

Elle était au nombre des nombreuses personnes qui, partout au pays, ont célébré l’anniversaire de la naissance de Bahá’u’lláh, vendredi dernier. Dans le monde entier, entre le coucher du soleil jeudi et le coucher du soleil samedi, les bahá’ís et leurs amis ont célébré ensemble les jours saints jumeaux, qui marquent la naissance de Bahá’ú’lláh, le fondateur de la foi bahá’íe et la naissance du Báb, son prédécesseur. Mme Gayle a dit que la découverte de la foi bahá’íe et de ses enseignements avait changé sa vie.

« Le message, les paroles contenues dans les Écrits, tout m’a menée à mieux comprendre mon rôle et la nécessité de servir ma collectivité. »

Afin d’aider à se préparer aux célébrations, Mme Gayle et quelques amis ont regardé le film Lumière du monde, qui raconte la vie de Bahá’u’lláh et présente ses enseignements et la portée qu’ils ont eu depuis qu’il a proclamé sa cause au milieu du 19e siècle. Après avoir regardé le film, elle a décidé de contribuer quelque chose à la célébration de cette occasion dans son quartier.

Elle a décidé de peindre un grand arbre aux branches dénudées. Ensuite elle a demandé aux enfants et aux jeunes de son quartier de poser l’empreinte de leurs mains en plusieurs couleurs, pour former le feuillage. Sur le tronc, elle a écrit le texte de Bahá’ú’lláh qui dit « Vous êtes les fruits d’un seul arbre, les feuilles d’une seule branche. » Cette image a servi d’élément décoratif central lors des célébrations dans son quartier.  

La diversité et l’unité illustrées dans l’image de l’arbre étaient aussi reflétées chez les gens qui ont pris part aux célébrations. En effet, des gens de tous âges, parlant de multiples langues et provenant de divers milieux ont pris part à une soirée de prières, d’histoires sur la vie de Bahá’u’lláh et de chansons. Mme Gayle a dit que cette soirée l’avait inspirée à continuer à s’investir dans son quartier.

« Voir des gens de tous les horizons se réunir pour une telle soirée a servi à me rappeler qu’il est important de servir sa collectivité. J’ai appris que servir les autres était une source de joie et le fait de voir tous ces gens heureux me motive à continuer dans ce sens. »